Après six Expositions universelles, du 1er avril au 3 novembre de l’année 1867 est organisée la septième édition de cette exposition qui fut la deuxième de son genre au sein de la ville française de Paris sur les Champs-de-Mars en accueillant 41 pays du monde entier qui se sont représentés à l’exposition suite à la décision de l’empereur Napoléon III.

La construction du parc de l’exposition était en 1865 par l’ingénieur Jean-Baptiste Krantz et l’architecte Léopold Hardy et ça a pris deux ans seulement, le bâtiment principale en forme ovale contient six galeries avec un jardin et un musée d’histoire du travail situés au centre.

Et sachez que Victor Hugo a écrit l’introduction du guide de l’Exposition universelle 1867 et Hans Christian Andersen l’auteur des contes célèbre ainsi que Jules Verne, se sont tellement inspirés par cette exposition pour écrire quelques uns de leurs écrits.

Quel était le contenu de l’Exposition universelle 1867 ?

Dans l’exposition universelle 1867, le concept « musée de l’histoire du travail » raconte l’évolution du système du travail industriel et aussi aborde le sujet d’améliorer la situation morale et matérielle des travailleurs.

De plus une toute première collection d’outils préhistoriques est exposée par Jacques Boucher de Perthes.

En outre, un marbre monumental qui est maintenant « Ugolin et ses fils » au musée de New York est exposé par Jean-Baptiste Carpeaux et d’un autre coté une galerie de matière première dont l’aluminium eut une grande attraction comme il était une nouvelle découverte.

L’égyptologue Auguste Mariette expose le statue de Cheik-el-Beled, les bijoux de la reine Aah-Hotpou et plein d’autres merveilles qui sont au musée de Gizeh actuellement.

La mécanique est présentée par les américains Charles et Norton Otis qui présentent l’ascenseur à frein de sécurité et les instruments de musique marquent leur présence avec le piano droit qui montrait les détail de son mécanisme grâce à une glace sans tain installée à la place d’une partie de sa caisse.

La balance argyrométrique est présentée par Plazanet quant à l’inventeur français Henri Giffard, l’ascensions dans un ballon captif à hydrogène est proposée par lui.

A coté de tout ça il y a une galerie de produits modernes mis en disposition de tout le monde, des costumes folkloriques de différentes nations.

Qui sont les visiteurs et les lauréats de l’Exposition universelle 1867 ?

Comme l’Exposition universelle 1867 est intéressante et elle a ouvert ses portes pour tout le monde, les visiteurs sont de nombreux pays et certains étaient de grands personnages qui ont marqué l’histoire tel que Le général Helmuth von Moltke, Otto von Bismarck, Le prince Oscar de Suède, Le roi Guillaume Ier de Prusse, L’émir Abd el-Kader, Le sultan Abdulaziz, Le roi Louis II de Bavière, Le tsar de Russie Alexandre II, Le prince de Galles futur Édouard VII, le roi Léopold II et la reine des Belges, Shogun Yoshinobu Tokugawa, le prince Japonais Tokugawa Akitake, la reine du Portugal Maria Pia de Savoie.

Pour les lauréats de l’exposition universelle 1867 ce sont :

Médailles d’or
Médailles d’argent
Médailles de bronze
Grand prix international
  • D. Savalle Fils & Cie pour l’invention des appareilles de distillation d’alcool.
  • Maison P.-H. Herz neveu et Cie pour la fabrication de piano
  • Baccarat avec deux vases et une fontaine de cristal de 7m de hauteur
  • D. Savalle Fils & Cie pour les appareilles de distillation d’alcool.

 

  • Martin et Cie et Joseph-Gabriel Gaveau (piano)
  • Maison Maquet (papeterie)
  • Aquarelles des fresques de l’église du Sauveur de Nereditsa (Novgorod, Russie)
  • François-Jacques Vogelsangs
  • Martin et Cie et Joseph-Gabriel Gaveau pour le piano.

 

  • Victor Étienne Gautreau, rosiériste-obtenteur, pour des roses de semis 12 (baptisées Vicomtesse de Vézins, Baronne de Beauverger et Mlle Élise Chabrier)
  • L’entreprise Latscha et Cie pour la fonte.

 

Guislain Decrombecque, agriculteur, pour mettre en valeur la plaine de Lens.